Cycle "Transforme" à l'abbaye de Royaumont

Entre juillet 2010 et mars 2011, Sarah participe au cursus de formation Transforme - Se prolonger, offert à l'Abbaye de Royaumont (Saint-Ouen, France) sous la direction de la chorégraphe Myriam Gourfink. En compagnie de 9 autres chorégraphes émergents venus d'Europe, elle participe aux quatre périodes intensives de formation et de création; elle y suit les enseignement en yoga de l'énergie avec Myriam Gourfink et de Gianna Dupont, ainsi que l'apprentissage de l'outil hypnotique et son application dans le travail de création avec la chorégraphe Catherine Coutour.

 

Le cursus s'articule autour de la question des relations entre danse et musique, entre danse et nouvelles technologies. L'édition Se prolonger aborde plus spécifiquement l'aspect dynamique et énergétique du processus créatif. Les échanges et les interventions visent à stimuler les rouages de l'anticipation qui permettent l'imagination d'espaces dynamiques et sensibles.
 

Au cours des résidences de l'automne et de l'hiver, Sarah collabore avec les compositeurs Blair Foley, Kasper T.Toeplitz et Daniel Zea Gomez. 

Passage de l'Abbaye

Première esquisse chorégraphique développée dans le relief d'un mur de l'Abbaye. Amorçant l'exploration des creux, la respiration rythme le cheminement des poses dans la pierre. Le corps s'insère dans les fondations disparues. Dialogue de peau, de pierre et de souffle.

Rencontre no.1

Collaboration avec la compositrice Blair Foley pour l'esquisse "Rencontre no.1". Cette courte pièce met en dialogue des sons de frappe au sol, enregistrés en studio pendant une pratique de danse, qui sont remixé "live" de la compositrice et avec lesquels la danseuse improvise.

Quand je pose ma tête sur ta cuisse

Pour cette dernière session de création à l'Abbaye, Sarah est revenue à un travail esquissé en octobre avec le compositeur Daniel Zea Gomez. Au coeur de la bibliothèque de l'Abbaye cistercienne, dans un espace où images, musique et mouvements jouent de la diffraction et du dévoilement, elle sonde les contours entre intérieur et extérieur, masculin et féminin, intimité et extériorité. "Quand je pose ma tête sur ta cuisse" révèle, dans une contemplation partagée, les mouvements involontaires et peu visibles du corps masculin qui produisent un chant de l'intime, du sacré. 

 

Interprètes : Joao Fernando Cabral, Daniele Ninarello et Stève Paulet

 

mot de passe pour visionner la vidéo : SarahSarah